20 septembre 2009

5. Malaises

Sh_rony_05x01


Ce fut une soirée catastrophique, pour ne pas dire la pire de ma vie. Elle avait pourtant bien commencé, je me sentais à l’aise et en confiance – chose rare chez moi. Puis il avait fallu que Lévy fasse l’imbécile en me traitant comme si j’étais la pire des tentatrices. Tout ça pour quoi ? Parce que j’avais regardé le nouveau d’un peu trop près, parce que ma curiosité a pris le dessus. Après tout, je ne connaissais absolument pas Esteban, il était donc normal que je sache à quoi il ressemblait !

Un long soupir s’échappa d’entre mes lèvres tremblantes. Je détestais ce style de mecs, de tombeurs qui se croyaient au-dessus de tout parce qu’ils avaient une gueule plus belle que celles des autres. Je détestais quand on me parlait de la sorte. Et plus particulièrement, je détestais ce type !



Sh_rony_05x02


Dans un sursaut de lucidité, je regardai ma montre. Il était trois heures du matin, la nuit allait être courte et j’aurais sûrement du mal à suivre les cours demain. Je me levai d’un bond, me déshabillai en rageant et jetai ma robe comme une boule de chiffons sales au fond de la commode. Je ne la remettrais sûrement jamais ; il n’était plus question que je me laisse traîner dans des sorties comme celle-là. Dire que j’avais claqué deux cents simflouzes pour cette fichue robe ! Ca m’apprendra à vouloir me faire belle…



Sh_rony_05x03


Je passai une nuit agitée, sans repos, sans rêve non plus. Je ne cessais de repenser à cette soirée gâchée à cause de la mauvaise humeur d’un pauvre idiot. Néanmoins, lorsque je sortis de la maison pour me rendre à l’école, mon esprit fut assez gentil de me rappeler que je devais avant tout passer chez Eva, dont je n’avais plus de nouvelles depuis la veille au matin.

Je me rendis chez elle d’un pas lourd tant j’étais fatiguée par mon manque de sommeil. Les alentours de la petite maison à colombages étaient calmes. Un silence bienfaisant y régnait, à peine brisé par le pépiement des oiseaux éveillés depuis l’aube. Je frappai à la porte, impatiente qu’on m’ouvre, mais rien ne se passa. Je jetai un coup d’œil à la fenêtre. Un bol de céréales plein traînait sur la table, plusieurs mouches volant autour. C’était le seul signe de vie dans toute l’habitation. Déçue, je m’apprêtai à repartir lorsque j’entendis, venant de la rue :

— Lana !



Sh_rony_05x04


Je me retournai et rejoignis prestement la silhouette qui venait d’apparaître. Eva ! A peine face à elle, je la serrai dans mes bras cependant qu’elle murmurait dans mon cou :

— Je suis contente de te voir. Si tu savais !

Elle tremblait entre mes bras. Je la repoussai délicatement et la considérai, les sourcils dressés. Elle avait l’air épuisée, comme si elle n’avait pas dormi de la nuit, et ses yeux portaient encore les stigmates d’une grande tristesse.

— Tu fais peur à voir, lui dis-je. Dis-moi ce qui se passe.

Elle hocha la tête, garda un instant son regard fixé sur le sol dans une sorte de réflexion comateuse, puis parla enfin.


Sh_rony_05x05


— C’est ma grand-mère… elle est à l’hôpital…

Je retins mon souffle. Naënie, une trop gentille dame qui ne s’était jamais remise de la mort de sa fille… En mon for intérieur, je priai pour que rien de grave ne se soit produit.

— Elle a eu un accident ? hasardai-je, plus pour combler le silence qu’autre chose.

— Non, répondit Eva. Elle… elle a eu un malaise et…

Elle reprit sa respiration et continua son récit d’une voix plus calme.



Sh_rony_05x06


— Je l’ai trouvée inconsciente dans le salon, hier matin, en me levant. J’ai essayé de la réveiller, mais je n’ai pas pu, alors j’ai prévenu les secours.

Je profitai d’une pause pour lancer, sincère :

— Eva… je suis désolée…

D’une main, elle me fit taire et poursuivit :

— J’ai passé toute la journée et toute la nuit à l’hôpital, et durant tout ce temps, elle ne s’est pas réveillée.

— Mais tu sais ce qui s’est passé, au moins ?

— Je crois, oui…



Sh_rony_05x07


Elle s’arrêta un court instant, parut réfléchir et son récit s’échappa de nouveau d’entre ses lèvres :

— J’ai vu une infirmière. Elle m’a expliqué que ma grand-mère avait fait un malaise dû à un manque l’alimentation, ou quelque chose comme ça. Maintenant que j’y repense, elle ne mangeait quasiment plus rien depuis la mort de maman, et elle s’affaiblissait de jour en jour. Je crois que… que ce qui s’est passé… son malaise ou je ne sais quoi… c’était inévitable.

— Mais elle va s’en tirer, non ?

— En toute logique, oui. Si elle se réveille, du moins…



Sh_rony_05x08

Ses sourcils se froncèrent et, l’espace de quelques secondes, elle sembla perdue dans ses pensées avant de reprendre :

— Tu sais, Lana, quand j’ai regardé ma grand-mère, allongée dans ce lit d’hôpital, j’ai eu l’étrange sensation qu’elle ne voulait pas se réveiller, qu’elle voulait… partir.

Puis elle éclata en sanglots. Je la serrai contre moi, caressant ses cheveux en un geste qui se voulait rassurant cependant qu’Eva soufflait, la voix secouée de soubresauts :

— Si elle meurt… qu’est-ce que je vais devenir ?

— Chut, murmurai-je. Tout va bien se passer, je te le promets.

Je la sentit hocher la tête contre moi, puis elle s’exclama brutalement en me repoussant :

— Bon sang, tu as vu l’heure ? ! File en cours, tu vas être en retard.

— D’accord mais… et toi ?

— Je retourne à l’hôpital, j’étais juste rentrée pour prendre une douche et me changer.



Sh_rony_05x09


Je la laissai à contrecœur, et pris la direction du lycée. Je n’avais pas du tout envie de la laisser, mais mes parents m’en auraient voulu à mort si j’avais sécher les cours. Et puis, il fallait que je pense à autre chose, que je me concentre sur mes leçons pour oublier cette soirée abominable. Seulement, je n’étais pas encore entrée dans le bâtiment que Martin, assis sur un banc, m’interpella :

— Lana, te voilà enfin.

— Qu’est-ce que ça peut te faire ? grognai-je en tâchant de continuer ma route.

— Je t’attendais, figure-toi, répondit-il tandis que je le regardai enfin, étonnée.

Lui ? M’attendre ? Je pris une mine perplexe alors qu’il avouait :

— Je voulais te parler, à propos d’hier soir.


Sh_rony_05x10


Je réagis aussitôt en lâchant, peu aimable :

— Si tu veux me parler de ton imbécile de frère, laisse tomber, j’en ai rien à battre.

— Lana, s’il te plaît. Je suis tout aussi furieux que toi.

— Tiens donc ! Toi aussi, il t’a humilié devant tout le monde en t’engueulant parce que tu as osé poser tes yeux ailleurs que sur lui ?

Il soupira, et je vis en ce souffle dépité qu’il était vraiment sincère. Je m’adoucis alors, et repris, un peu penaude :

— Désolée, c’est pas à toi que je dois m’en prendre, mais je suis tellement en colère à cause de son comportement que…

Je m’arrêtai, consciente que j’allais exploser une nouvelle fois. Martin n’y était pour rien dans cette histoire débile. Après tout, il m’avait défendu face aux paroles odieuses de son frère.



Sh_rony_05x11


— Crois-moi, Lana, je sais pas ce qui lui a pris, je l’avais jamais vu comme ça. Et je suis vraiment désolé que tu aies dû subir ça.

Je haussai les épaules, affichant un air blasé qui ne trompa pas Martin.

— Je t’assure, il est jamais comme ça, d’habitude, continua-t-il. Je veux dire… d’accord, il y a des fois où il manque cruellement de tact, mais pas au point…

— … pas au point d’être odieux ! le coupai-je.

Je repensai soudain à la discussion que j’avais surprise entre les deux frères, hier soir. Martin avait dit que Lévy était… quoi déjà ? Jaloux ? Je secouai la tête pour moi-même et allai rejoindre la salle de cours en plantant Martin ici lorsque ce dernier me retint.



Sh_rony_05x12


— Attends, Lana ! Je tenais aussi à m’excuser, je pensais pas que la soirée allait être écourtée de cette façon.

— T’es quelqu’un de sympa, Martin, je lançai alors, et je te remercie de m’avoir défendue hier soir. Sauf que c’est à ton imbécile de frère de s’excuser, pas à toi.

Il baissa la tête. Les yeux au sol, la voix attristée, il dit :

— Je le connais, il ne le fera pas. Il a son honneur.

— Eh bien, il a qu’à s’asseoir dessus, pour une fois, ça lui ferait pas de mal ! répliquai-je du tac au tac, ce qui fit sourire Martin. Bon, on va finir par être en retard, tu viens ? j’ajoutai en entendant la cloche résonner dans les couloirs du bahut.

Il acquiesça et, l’un après l’autre, nous réintégrâmes la première salle de classe.



Sh_rony_05x13


Durant tout le cours d’économie (je détestais l’économie), je sentis la présence de Lévy derrière moi. Lorsque je fus entrée à la suite de Martin et que je fus passée à côté de lui pour aller m’installer, il ne m’avait accordé aucun regard. Ce qui, en même temps, n’était guère étonnant. Et puis, n’étais-je pas une blondasse insipide à ses yeux, si j’en devais en croire ses propres paroles ? Il ne m’avait jamais regardée auparavant, alors pourquoi cela changerait-il ?

Bien étonnamment, je n’étais pas attentive au cours. Mon esprit passait sans cesse d’Eva à Lévy, et de Lévy à Eva. Puis je me remémorai la conversation houleuse d’hier soir, entre les frères. Jaloux… C’était tout bonnement impossible, Martin avait tort. Néanmoins, je devais m’en assurer.

J’étais peut-être stupide… non, en réalité, j’étais stupide, mais si Lévy était vraiment jaloux, il allait sûrement réagir à ce que je m’apprêtais à faire.



Sh_rony_05x14


Je profitai de la récréation pour aller voir Esteban. Ce dernier avait l’air surpris que je lui adresse la parole, néanmoins il m’écouta attentivement. Je parlai d’une voix bien nette, pour que les mots atteignent Lévy qui nous regardait, juste derrière.

— Salut Esteban ! Je voulais te dire que la soirée d’hier était super. Il faudra qu’on remette ça, j’ai beaucoup aimé être avec toi, t’es vachement sympa comme gars.

— Ben… merci, répondit-il, timide. Toi aussi, tu es sympa, et la soirée était géniale.

Je lui dédiai un radieux sourire et ses joues devinrent aussitôt roses. Remarquant du coin de l’œil que Lévy ne nous lâchait pas du regard, j’enfonçai le clou :

— Tu joues vraiment bien au poker, dis donc. Ça te dirait de me donner quelques leçons, de temps à autre ? Parce que, à vrai dire, je suis pas très douée à ce jeu-là.

Ce fut à son tour de sourire, comme s’il était enchanté par ma proposition.

— Ouais, avec plaisir, rétorqua-t-il.


Sh_rony_05x15


Tout en parlant à Esteban, je me décalai légèrement, l’air de rien, et glissai un coup d’œil vers Lévy. Le visage de ce dernier s’était renfrogné, autant si ce n’est plus qu’hier soir. Visiblement, il n’appréciait pas que je discute avec le blondinet. Mais je m’en tapais et je continuai gaiement :

— Je n’avais pas remarqué tes yeux… Ils sont dorés, c’est ça ?

Il hocha la tête, bien en peine de répondre tant il semblait surpris que je m’intéresse à lui. J’entendis Lévy pester et le vit broyer sa queue de billard entre ses mains tandis que son frère s’évertuait à le ramener au jeu, sans résultat cependant.

— Lèv’ ! lança Martin. Oh, Lèv’, tu joues ou quoi ?

— Fous-moi la paix deux minutes, tu veux ? cracha son frère.



Sh_rony_05x16


Martin voulut insister, mais le regard sombre que Lévy darda sur lui l’en dissuada. Je détournai la tête au moment où l’attention du jumeau coléreux se posa sur nous une nouvelle fois, faisant semblant d’être attentive aux paroles d’Esteban.

— Tu sais… je… je te trouvais très jolie, hier… dans ta robe, bafouilla-t-il. Très… comment dire… séduisante.

Je ne pus m’empêcher de rougir sous le compliment. Personne ne m’avait encore dit que j’étais séduisante. Ces mots m’allèrent droit au cœur, sans que je le veuille. Le grondement de Lévy me parvint. Il tapa sa queue de billard sur le sol en un geste agacé et ragea sans se soucier un seul instant d’être entendu de tout le bahut :

— Putain, j’y crois pas… J’vais me le faire, ce crétin…

Je levai la tête et, cette fois, je plantai obstinément mes yeux dans le gris des siens. Ce faisant, j’eus la confirmation des soupçons de Martin : Lévy était bel et bien jaloux.

Posté par ParkerJones à 14:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur 5. Malaises

    Ah bah non faut pas couper maintenant ! T'es vilaine Parker, on est obligé d'attendre pour la suite !

    Posté par mimi0302, 20 septembre 2009 à 21:30 | | Répondre
  • ah ben oui, Cupidon a vraiment frappé !!! Vas y Lana, fais lui regretter tout le mal qu'il a pu faire aux autres filles !!!!!

    Posté par Mylord31, 20 septembre 2009 à 23:34 | | Répondre
  • Bon Parker ! déjà que tu coupes au bon moment... il est temps de nous donner la suite !

    Posté par Lorraine54, 01 octobre 2009 à 17:26 | | Répondre
  • La suite, la suite, la suite...!!!! S'il Tô Plaîîîîttt!!!!

    Posté par idjya, 08 octobre 2009 à 12:28 | | Répondre
Nouveau commentaire